Le CH d'Erstein...

Parce ce que la santé mentale peut concerner tout le monde

Découvrez le en images

Centre Hospitalier d'Erstein > Pictocom > Éléments théoriques et principes d'utilisation des supports > Mise en place d'un répertoire pour un langage visuel commun > L'harmonisation de l'utilisation de cette banque de données

Signifier la présence

L’ensemble des photos, dessins ou pictogrammes accessibles visuellement représente des personnes ou activités présentes.
Quel que soit le lieu fréquenté par l’enfant, le TEMPS DE L’ACCUEIL en début de journée est important. Ce temps peut être renforcé par l’utilisation des photos. En effet, chaque enfant et adulte dans un groupe peut acter sa présence en déposant sa photo dans un espace prévu à cet effet. Ainsi, rassembler les photos des personnes présentes permet, entre autre, de signifier à l’enfant son appartenance au groupe.

Exemple

Signifier l'absence

La notion d’absence pour une personne qui a été attendue sera signifiée via un cache blanc qui pourra être superposé sur la photo de l’enfant ou de l’adulte absent.


La notion d’absence d’une activité, d’un objet… sera signifiée via un cache transparent qui pourra être superposé sur l’image, par exemple, de l’activité qui n’a pas lieu…

Les repères temporels

Les supports visuels peuvent permettre de comprendre l’environnement dans ses caractéristiques temporelles. La représentation du temps et de la succession des évènements aide ainsi à l’anticipation et à la prévisibilité en sortant de l’immédiateté.

Voici quelques suggestions d’utilisation commune de nos supports visuels :

•    Représentation de la journée :

Emploi du temps : proposer une bande verticale et y placer les différentes activités de la journée en les positionnant de haut en bas (photo, dessin, pictogramme). L’enfant prend le pictogramme de l’activité en cours et le place soit au-dessus de la bande verticale, soit sur un support, soit l’emporte en prise en charge. Une fois l’activité achevée, il place le pictogramme dans une enveloppe/une boîte au bas de la bande verticale, l’emploi du temps se vide au fur et à mesure que la journée passe

Exemple (cf. Kit d’utilisation)

 •    Représentation de la semaine :

Représentation de la succession des activités au sein d’un lieu de prise en charge ou lors d’un travail à effectuer en autonomie (garder la même idée que l’emploi du temps de la journée)

Exemple (cf. Kit d’utilisation)

Découpage d’une tâche par étapes avec un séquençage visuel de l’action à effectuer (brosser les dents, laver les mains…) afin notamment de pallier les difficultés de mémorisation. Possibilité de rajouter un indicateur d’étape sur le séquençage – flèche, trombone…

Exemple (cf. Kit d’utilisation)

D’autres outils peuvent s’ajouter à ces aides visuelles concernant la structuration du temps :

  • utilisation du time timer

  • placer des boutons sur le pictogramme attendre représentant un certain temps et les enlever au fur et à mesure de la séance ou au sein d’une tâche (représentation du temps qui s’égrène).

Exemple : 1 bouton équivaut à 5 min et il y a 25 min de séance.
  • l’utilisation du pictogramme Pause peut soutenir l’expression (ex : l’enfant peut demander à faire une pause au cours de l’activité proposée)  ou soutenir la compréhension (ex : l’adulte peut inclure le pictogramme pause durant le déroulé d’une activité pour signifier à l’enfant que celle-ci se fera en deux temps).

Choix des pictogrammes utilisés pour l’attente (ceux-ci peuvent être utilisés de manière associée au Time Timer) :

Les repères spatiaux

Pour la représentation de l’espace/des lieux : placer des photos, dessins, pictogrammes et/ou objets sur les portes dans l’institution/le lieu fréquenté par l’enfant représentant les activités/prises en charge s’y déroulant : salle à manger, cuisine, salle de bain, salle de groupe…

Lors d’un déplacement en voiture, une photo/image de l’endroit où l’enfant doit se rendre peut être placée sur l’appui tête devant l’enfant tout au long du trajet afin qu’il s’y réfère.

Dispostion verticale/ Disposition horizontale

Lors d’un séquençage, les photos/images/pictogrammes sont disposés sur un support vertical car il est plus aisé pour l’enfant de se repérer dans cette disposition haut-bas, l’alignement horizontal nécessitant de reconnaître la droite et la gauche. La disposition horizontale pourra être choisie avec des enfants que l’on souhaite sensibiliser au sens de la lecture conventionnel gauche-droite.

Couleur/Noir et blanc

De manière générale, mieux vaut avoir des photos/images/pictogrammes clairs, directs, contrastés, avec peu de détails distrayants. A préciser que le noir et blanc favorise l’accès à la généralisation : par exemple, l’association au concept de la balle sera plus aisé avec l’image d’une balle en noir et blanc qu’avec l’image d’une balle rouge que certains enfant associeront uniquement à leur balle rouge.
Ces principes généraux devront s’accorder avec les capacités et sensibilités perceptives de l’enfant (couleur/forme/dimension/contraste).

Actions du quotidien

Pour les actions, le mot est écrit à l’infinitif, si l’image est utilisée à visée réceptive (aide à la compréhension), le verbe pourra être écrit à l’impératif ou à la 2ème personne du singulier (exemple : « regarde, viens »), si l’image est utilisée à visée expressive, l’image de l’action sera précéder de l’image « je veux ».

Les règles de vie et interdits

La signification des interdits se fera en fonction des enfants et des pratiques éducatives et thérapeutiques ; il paraît important de ne pas juste poser un interdit mais d’inscrire cela dans une réflexion plus globale : signifier l’interdit risque-t-il de voir un comportement s’amplifier, que dire à l’enfant de cette attitude négative, quelle attitude adaptée proposée à l’enfant, l’enfant accède t-il à la notion de négation…?