Le CH d'Erstein...

Parce ce que la santé mentale peut concerner tout le monde

Découvrez le en images

Centre Hospitalier d'Erstein > Pictocom > Éléments théoriques et principes d'utilisation des supports > Mise en place d'un répertoire pour un langage visuel commun > La mise en oeuvre

Une banque de données de référence

Les images choisies sont issues pour l’essentiel d’ARASAAC, site internet Aragonais de la Communication Améliorée et Alternative.
Après réflexion concernant les différentes banques de données existantes, le choix de ce site d’images et de pictogrammes nous paraît pertinent notamment du fait :

  • qu’il soit étudié comme une véritable banque de données (différentes catégories grammaticales, utilisation fonctionnelle/simple à une utilisation plus élaborée possible comme la formulation de phrases…),
  • de sa gratuité,
  • des différents types de représentations proposés : cela va du dessin figuratif en noir et blanc ou en couleur avec un contour précis au pictogramme.

ATTENTION :
  • A ces images issues du site ARASAAC, nous avons ajouté des images/pictogrammes créés ou retravaillées ainsi que des pictogrammes issus du site SCLERA.
  • Ce répertoire d’images est non exhaustif. Il reste donc à compléter par d’autres banques d’images selon les besoins. Le sous-groupe de réflexion a choisi de se référer, dans la mesure du possible, aux banques d’images suivantes : ARASAAC, SCLERA, PECS, IMAGERIE DE LA CLASSE1
  • Pour les lieux de vie tels que ECOLE / IME / SESSAD / HOPITAL DE JOUR / CRECHE... nous optons de préférence pour les photos.
  • De plus, en fonction des capacités et du profil de l’enfant nous choisissons de les représenter par une photo.

Association mot/image

Pour chaque image, nous avons écrit le mot associé en dessous de celle-ci afin que les enfants ayant accès au langage écrit puissent faire la correspondance mot-image mais également pour que l’ensemble des adultes utilise, autant que possible, le même mot pour la même image (sachant que, tout comme dans le langage, certaines images auront différents sens).

Quelques suggestions pour une meilleure utilisation

Les images disponibles dans PICTOCOM :

  • sont en format PDF afin de pouvoir sortir rapidement les planches dont vous avez besoin et en format WORD afin de pouvoir vous constituer vos propres planches si vous ne souhaitez pas tout imprimer.
  • étant donné que les images ne sont pas classées par ordre alphabétique, vous trouverez un listing dans chaque dossier afin d’en connaître rapidement son contenu.
  • sont à imprimer et à plastifier (utiliser de préférence un plastique mat afin de diminuer les risques de reflet/brillance qui pourraient mettre en difficulté certains enfants au niveau sensoriel).
  • une fois plastifiée il est possible de coller derrière l’image un carré de « scratch » (vendu en bande adhésive) ou d’aimant. Les professionnels du sous-groupe s’accordent pour privilégier la « bande adhésive de scratch » en choisissant de mettre derrière l’image la partie « douce » et sur le support (cahier de communication, emploi du temps,…) la partie « piquante ».

Comment réaliser son propre tableau ?

  • Ouvrir le tableau type Word «.doc » (que vous trouverez en annexes). Il est également possible de le réaliser ; il contient 3 colonnes de 5,41 cm de long et 10 lignes dont les 5 où l'image est insérée font 4,3 cm de haut.
  • Mettre un tableau par page.
  • Les images proposées font 4,24 cm de côtés et sont accessibles via les documents word déposés sur le site (classement par catégories).
  • Procéder ensuite par des copier-coller pour les images.
  • Puis écrire le mot dans la ligne en dessous de l’image : police CALIBRI taille 12 – en GRAS, MAJUSCULE et centré.

Images/photos « à transporter » :

Il est possible d’envisager la fabrication de supports visuels « transportables » afin d’aider au passage parfois difficile d’un espace à un autre, de continuer à pouvoir se représenter la succession des activités pour certains enfants….
Par exemple pour la compréhension des consignes et des interdits, il est possible de mettre les images/photos sur un dérouleur ou un anneau et de les montrer à l’enfant dès que nécessaire ; pour l’emploi du temps de la journée, les images/photos peuvent être placées sur une bande en feutrine à enrouler et les enlever au fur et à mesure. Le choix du matériel et de la présentation des images se fera en fonction de l’enfant et de ses spécificités (support souple/rigide, nécessité de voir et d’avoir toute la succession des activités tout le temps/voir uniquement l’image de l’activité en cours…). 

Utilisation de certains signes :

Nous avons privilégié la réflexion autour des supports visuels, cependant, l’utilisation des gestes est tout à fait envisageable en complémentarité de ceux-ci si les professionnels et l’entourage de l’enfant maitrisent les signes et s’accordent à ce sujet (français signé, makaton, « Signe avec moi »2).