Le CH d'Erstein...

Parce ce que la santé mentale peut concerner tout le monde

Découvrez le en images

Centre Hospitalier d'Erstein > Pictocom > Éléments théoriques et principes d'utilisation des supports > Définitions communes concernant la communication augmentée et/ou alternative

Définitions communes concernant la communication augmentée et/ou alternative

CAA : COMMUNICATION AUGMENTÉE ET/OU ALTERNATIVE :
Ce sont des systèmes de signes non verbaux qui permettent de pallier aux difficultés de ceux qui ne maîtrisent pas le langage verbal. Ils sont utilisés pour comprendre autrui (versant de la compréhension) et /ou pour s'exprimer (versant de l'expression). 


Les systèmes de communication proposent :

  • des signes gestuels (exemple : LSF français signé)
  • des codes iconiques, pictographiques voire composés de signes arbitraires (exemple : BLISS GRACH REBUS ARASAAC BOARDMAKER PECS)
  • des signes et pictogrammes (exemple : MAKATON)



SYSTEME AUGMENTATIF :
Il s’agit d’optimiser l'efficacité du langage oral utilisé par le patient en le complétant par un ou d’autres codes de communication (oral, gestuel, visuel) pour qu'il l'utilise afin d'améliorer son expression et d’étayer sa compréhension.
Cette présentation multimodale permet à l'enfant de s'approprier et d'utiliser le moyen le plus adapté à ses capacités (orales, motrices, mnésiques).

SYSTEME PALLIATIF OU ALTERNATIF :
La communication est dite alternative lorsque le langage oral ne se développe pas. C'est un moyen substitutif qui va permettre à l'enfant de communiquer avec son entourage par un autre moyen que le langage oral.
Il s'agit de proposer un autre code à celui qui ne peut acquérir le langage oral. Cette alternative remplace la fonction verbale déficitaire pour permettre la compréhension et l'expression.

PECS (Picture Exchange Communication System) :
C'est un système de communication par échange d'images (développé aux Etats-Unis en 1991 par L. Frost et A.Bondy) pour permettre de suppléer ou d'augmenter la communication chez des sujets présentant soit une absence totale de langage, soit un jargon, soit des productions essentiellement écholaliques. Le PECS permet de travailler la communication et la relation sociale (sans attendre l'apparition de prérequis comme l'imitation, l'attention, la reconnaissance des images). L'apprentissage du PECS se déroule en 6 phases.

MAKATON :
C'est un système de communication augmentée et/ou alternative multimodale constitué d'un lexique comportant un vocabulaire fonctionnel de base enseigné à l'aide de signes (signes de la LSF), de pictogrammes (inspirés du système REBUS) et du langage oral.
Le vocabulaire MAKATON fut conçu par Margaret Walker, orthophoniste et introduit en 1995 en France par l’association Avenir Dysphasie Makaton. Les procédures d'enseignement comprennent un niveau formel afin d’enseigner en individuel ou en petit groupe l'utilisation fonctionnelle de la modalité choisie (signes-pictogrammes) et un niveau informel lors des activités de la vie quotidienne qui permet à l'enfant de généraliser ses acquis. Une progression structurée en 8 niveaux est proposée.

LSF :
La langue des signes constitue un véritable système linguistique, elle est utilisée par certains sourds et malentendants en tant que système alternatif. Les signes sont conventionnels mais peuvent varier d’un pays à l’autre. La syntaxe est de nature spatiale et ne respecte pas la syntaxe du langage oral.
FRANCAIS SIGNE :
C'est un mélange de français parlé et de signes lexicaux de la langue des signes, il consiste à ajouter au discours oral donné dans la syntaxe de la langue française des signes de la LSF pour les mots les plus importants de l'énoncé. Il ne s'agit pas d'une langue mais d'un renforcement pour rendre la langue orale plus accessible.

LPC (Langage Parlé Complété) :
Il ne s'agit pas d'une langue mais d'une aide à la réception du langage par une technique de visualisation de la parole.
Le Langage Parlé Complété est une aide à la lecture labiale. Inventé en 1965 par le docteur O.Cornett dans le but de lever les ambiguïtés de la lecture labiale et de rendre ainsi compréhensibles les mots et les phrases pour les personnes qui utilisent la lecture labiale afin traiter les messages parlés.

COGHAMO (référence français signé) :

Il s’agit d’une communication gestuelle pour personnes atteintes d'un handicap moteur.
Cet outil de communication gestuelle permet de stimuler et d’accompagner l'apprentissage du langage oral (compréhension et expression) ou de donner un moyen de communication non orale à des personnes à faible potentiel intellectuel présentant un important retard de langage réceptif. 



TEACCH (Treatment and Education of Autistic and related Communication handicaped Children : programme de traitement et d'éducation pour les enfants de tous les âges, atteints d'autisme et de troubles associés de la communication)

C’est une approche mise en place en Caroline du Nord dans les années 60 par Eric SCHOPLER et Robert Jay REICHLER. La pratique TEACCH repose sur une prise en charge cognitive et comportementale et considère l’enfant dans sa globalité sans faire de distinction entre les différents aspects éducatifs, pédagogiques et thérapeutiques. L’éducation est individualisée et repose sur l’évaluation réalisée à l’aide du PEP, test standardisé de développement cognitif et moteur. Les activités d’enseignement portent sur différents domaines du développement (imitation, perception, motricité générale et fine, coordination œil-main, performance cognitive, compétence verbale, autonomie, sociabilité, comportement).
Le programme Teacch est caractérisé par une éducation structurée (approche directive, organisation de l’espace et du temps, prévisibilité et organisation des tâches grâce aux aides visuelles…)

ABA (Applied Behavior Analysis : Analyse Appliquée du Comportement) :
L’A.B.A est une approche éducative qui comporte un programme individualisé visant à la modification du comportement de l’enfant et permettant le développement de ses compétences. Dans ce programme, on cherche à réduire ou augmenter un comportement, de façon intensive ou non. Cette méthode se compose de 2 types d’enseignement : un enseignement structuré individualisé de type apprentissage scolaire et un enseignement dans le quotidien de l’enfant. L’apprentissage est décomposé (séquençage de tâches) avec une gradation de guidances (visuelle physique, gestuelle, verbale), des renforçateurs (sociaux, alimentaires, sensoriels) sont utilisés. Des évaluations permettent de comprendre un comportement et d’adapter individuellement l’intervention en prenant en compte la spécificité visuelle et sensorielle de l’enfant ainsi que son niveau de développement. Dans tous les cas, il s’agit de partir de l’intérêt de la personne avec autisme pour co-construire avec sa famille et les partenaires le projet personnalisé d’accompagnement.